Lectures

Nos interventions ne reposent pas simplement sur notre expertise et notre expérience de terrain. Que ce soit en management ou en inclusion, nos pratiques sont nourries d’une lecture riche et variée qui nous permet de comprendre le monde dans lequel nous vivons et d’aborder les problématiques de nos clients dans leur contexte et toute sa complexité.

Notre bibliothèque est ouverte nous partageons ici les lectures qui nous inspirent

La société inclusive, parlons-en il n’y a pas de vie minuscule

Charles Gardou – La société inclusive, parlons-en ! Il n’y a pas de vie minuscule – Ed. ÉRÈS – 153 pages

« Certains sont jugés grands parce que l’on mesure aussi le piédestal. » Cette citation de Sénèque illustre bien le contenu de ce livre simple et rempli de courtes références percutantes. Il nous permet de mieux envisager ce que recouvre l’inclusion en miroir à la dignité dont a le droit chacun d’entre nous, au delà des apparentes différences, parce qu« il y a une seule humanité ». Parce qu’ « il n’y a pas de vie, minuscule » et que « le déni de reconnaissance, l’indifférence et le mépris sont un chevalet de torture », que « des miettes de pitié ne font pas une relation » et « le désir d’estime sociale fonde l’estime de l’homme ». Parce que « vivre sans exister est la plus cruelle des exclusions ».

Sujet très actuel, la diversité fait l’objet de nombreux articles et de livres traitant tour à tour du handicap et de la norme, de l’insertion, etc. Celui-ci nous apparaît comme une synthèse éclairante d’une inclusion à construire ensemble.

La confiance en soi à mettre entre toutes les mains

Charles Pépin – La confiance en soi une philosophie – Allary Éditions – 184 pages

Cet ouvrage démarre dès l’introduction avec l’illustration d’une petite fille de quatre ans qui apprend à faire du vélo sans les roulettes. « Son père court à côté d’elle, une main dans le dos, l’autre sur la selle. » Elle s’élance. Son père la lâche puis… « elle est en équilibre, roule sans l’aide de son père ».

Et si la confiance en soi venait d’abord des autres ? La petite fille a tenu sur son vélo parce que son père lui a fait confiance en la laissant faire seule. Madonna, enfant maladivement timide et manquant cruellement de confiance en elle se révèle après que son professeur de danse l’encourage pour la première fois de sa vie avant le ballet de fin d’année où elle se révèlera. Là encore, il lui fait confiance. Yannick Noah prend confiance en lui après une rencontre avec le joueur Arthur Ashe qui lui écrit « rendez vous à Wimbledon ».

« Les parcours de Madonna, Patrick Edlinger, George Sand, John Lennon, Serana Williams ou d’autres vont nous éclairer : on ne naît pas confiant, on le devient. La confiance en soi est toujours une conquête, patiente et difficile » écrit l’auteur en page 13.

Cet ouvrage est un guide précieux pour les managers que nous sommes. Loin des « méthodes gagnantes » il nourrit une vraie réflexion au fil des pages s’inspirant aussi bien de Lacan, de Nietzsche, d’Aristote, de Madonna, de David Bowie ou encore d’Henri Bergson. C’est à la fois un bol d’air frais et une vraie petite bible pour prendre et donner confiance.

Atlas Shrugged l’anti DOO conseil

Ayn RAND – La grève – Ed. Les belles lettres – 1 165 pages

Atlas Shrugged (La grève dans sa version française) est un roman publié aux Etats Unis en 1957 par Ayn Rand, philosophe objectiviste reconnue comme théoricienne d’un capitalisme individualiste prônant l’égoïsme rationnel.

L’histoire se déroule dans une période inconnue mais que l’on évalue aux années 50. L’ouvrage met en scène des capitaines d’industrie qui se posent tous la même question : « Who is John Galt ? » avant de disparaître mystérieusement. Le roman se termine par un discours  de John Galt (70 pages) à la radio prônant l’ensemble des théories objectivistes de l’autrice.

Atlas Shrugged est un ouvrage considéré comme fondateur de la pensée libertaire. Selon une étude du congrès américain, il serait le livre le plus influent aux Etats Unis après… La bible ! Il a fallut pourtant attendre 2011 pour qu’une version française soit disponible dans nos librairies ce qui explique que le livre soit passé inaperçu en France.

Pourtant, les champions de la Silicon Valley n’hésitent pas à le convoquer régulièrement comme ouvrage d’inspiration majeur dans leurs succès économiques ce qui en fait un livre particulièrement actuel et offre une lecture très éclairante sur la révolution digitale que nous vivons. D’ailleurs, Barack Obama évoque Ayn Rand à son tour dans son livre « une terre promise » lorsqu’il s’inquiète de la radicalisation des « Républicains du sud » au congrès qui adhèrent de plus en plus ouvertement aux thèses de libéralisme débridé de la philosophe.

A lire donc. Mais avec toute la distance qui s’impose.